Une chatte errait dans le parc de la maison de retraite du Theil de Bretagne. Elle a fait plusieurs portées…beaucoup de petits ont disparu mais dans ceux qui restent, il y a des femelles qui à leur tour vont faire des petits.

Les résidents âgés se sont attachés à ces chats, certains ont retrouvé le sourire et un but dans leur journée monotone : Donner à manger à ces chats grâce aux restes de cuisine!

Mais les responsables se sont , à juste titre, inquiétés de la prolifération naissante. Ils se sont donc adressés à leur mairie, à la SPA. « FOURRIERE ! » leur a-t-on répondu.

Mais non, ils ne voulaient pas que ces chats s’en aillent, ils souhaitaient seulement limiter leur nombre!

L’histoire arriva aux oreilles d’une « acharnée » de la stérilisation, membre de l’ADPK. Le site n’étant qu’à 20mn de chez elle, des vétérinaires se trouvant à la même distance, elle négocia avec eux les bons de stérilisations.

Les trappages eurent lieu, avec tout l’investissement personnel que cela demande. Pas facile avec les chatons qui rentrent dans les cages !

Les 5 adultes, 3 femelles et 2 mâles ont été stérilisés; les 5 chatons le seront en février.

Pas besoin d’abris pour eux : Ils vivent dans de longs couloirs souterrains où passent les tuyaux d’eau chaude. La nourriture ? A gogo ! Au vu des quantités qui leur sont mises à disposition, nous pensons que les cuisiniers sont plus que complices! La psychologue de l’établissement achète d’ailleurs des croquettes et les fait donner aux chats par les résidents; ainsi les sourires disparus réapparaissent et le courage de marcher revient!

A cette structure, l’ADPK tire un immense coup de chapeau! Et à notre bénévole sans qui rien de tout cela n’aurait été possible, nous rendons hommage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités