Ce diaporama nécessite JavaScript.

Happy était en fourrière avec sa soeur et sa mère. Les deux femelles étaient sociables, mais le petit bonhomme crachait sur les employés de la fourrière et ne se laissait pas approcher.
Il avait donc été décidé que Happy serait euthanasié en premier, étant catalogué comme « chaton sauvage et agressif ». La chatonne et la mère devaient également être euthanasiées.

Une mobilisation importante des amis des animaux a finalement permis à la maman chat et à sa petite de quitter le couloir de la mort, grâce à l’association « Les griffes de l’espoir » qui a pu les recueillir.

Quant à Happy, il a été sauvé par notre association, qui l’a placé en famille d’accueil pour tenter de le socialiser.

Voici ce que dit sa bienfaitrice le lendemain de l’arrivée du « fauve »:

« Les gamelles de croquettes se vident à vue d’oeil, il va dans sa litière et a trouvé une bonne cachette. Très discret, je ne l’entends pas. Au niveau de la sociabilisation, cela devrait bien se passer car, même s’il crache quand j’approche la main, il ne griffe pas et ne mord pas non plus quand je le prends. Plus je le prends, plus il se détend…la troisième fois, une vraie boite à ronrons au bout de 10mn de gratouilles à la base des oreilles (il semble adorer!), suffisamment détendu pour qu’il s’étire sur moi et accepte de se mettre sur le dos pour quelques chatouilles sur le ventre. Comme il était bien détendu à la fin, j’en ai profité pour virer ses copines (les puces) d’un coup de pipette…il n’a pas bronché!!
Bref, 963gr de potentiel tendresse….et un bon joueur en perspective vu les légers coups de pattes qu’il commençait donner (sans les griffes!!!) quand je remuais un doigt sous son nez. »

Et voici le second compte-rendu, quatre jours seulement après son arrivée:

« Effectivement, ce n’est pas un vrai sauvageon!  La preuve, ce soir, quand je vois la séance de câlins que j’ai eu avec lui : et je ronronne, et je me frotte, et je me mets sur le dos pour les chatouilles sur le ventre, et je m’étire de tout mon long quand on me masse, et je me refrotte tout en continuant à ronronner…tout ce cela sans le tenir de force contre moi! Et pour finir, une séance « poupounes »! Le jeune tigre trouve ses marques tranquillement…Autre progrès, il reste sur les genoux de ma fille et ne file plus se cacher quand il quitte les genoux…il s’est même mis à se rouler sur le dos à côté de nous ce soir en attendant les chatouilles sur le ventre. Il ne crache plus, il ne se cache plus (est étendu de tout son long, bien en vue)…quelques restes de réserve et de crainte par moment. On peut dire qu’il est ok enfants car se laisse manipuler par ma fille de 3 ans 1/2 sans souci (reste autour d’elle, se frotte à elle et ronronne, quelques coups de pattes par jeu sans sortir les griffes) ainsi que par mes deux garçons de 11 ans et 9 ans. Les ronrons se font entendre dès la première caresse… d’ailleurs, les ronrons font penser au moteur d’une formule1 au démarrage! »

En conclusion, Happy, qui devait mourir parce que « trop sauvage pour être adopté », s’est révélé un adorable chaton, affectueux, joueur, gentil et en grande demande de tendresse!

Et la meilleure des nouvelles, c’est que Happy a été adopté par une famille aimante ce week-end! Bonne route, petit Happy!

Publicités