Ça n’en finit jamais…

C’est maintenant au minimum 18 chats que l’on nous signale. Au fond d’une ferme délabrée à moitié abrités dans une vieille grange.

Des femelles déjà gestantes et pleines jusqu’au cou. 
Une situation extrêmement compliquée
Des humains démunis
Une catastrophe et des naissances de chatons par dizaines, imminentes !

Situation d’autant plus compliquée et critique car nous ne POUVONS PAS RELÂCHER LES CHATS SUR CE SITE une fois stérilisés.

Certains sont très craintifs mais sociabilisables : avec du temps, de l’amour, de la douceur et de la patience, ils deviendront proches, voire très proches de l’homme 
Certains sont trop craintifs, ce sont des chats du dehors. Il faut les steriliser, les soigner et les relâcher sur un ou plusieurs terrain(s) sécurisés et leur fournir un abri. Ils pourront alors vivre leur vie de chat du dehors, sous l’oeil bienveillant des personnes qui veilleront sur eux et les nourrirrons.

COMMENT LES AIDER ? 
– devenir famille d’accueil « socia » : cela implique d’héberger chez soi un chat craintif mais pas sauvage. Ce sont des chats très peureux au départ, mais qui prendront goût au confort et aux grattounes. Le chat est donc chez vous, vous le traitez comme le vôtre : le nourrir et passer du temps avec lui pour l’habituer au confort de la maison et des caresses. Le but est de rendre le chat « sociable » en faisant disparaître sa crainte de l’homme avec du temps, de la patience et de l’amour. Ces chats sont proposés à l’adoption. La famille d’accueil socia est leur transition vers une vie dans une famille adoptive. Les frais vétérinaires sont à la charge de l’association.

– devenir famille d’accueil « convalo » : cela implique d’héberger chez soi un chat qui vient d’etre capturé et stérilisé, le temps de sa convalescence. Le chat est ensuite relâché dehors sur un terrain où il sera nourri et surveillé d’un oeil bienveillant par un.e ou plusieurs benevoles. La convalescence se fait dans une cage prévue à cet effet. Elle permet de contenir le chat dans un espace restreint (une cage dans une piece) et propre, pour eviter qu’il ne se blesse et ouvre sa cicatrice, de s’assurer que les suite de l’opération se déroule sans complications. Le tout en etant au chaud, à l’abri des intempéries et du danger du dehors.

– devenir protecteur de chat nomade : cela implique d’héberger sur son terrain un chat très craintif qui a déjà été stérilisé et qui est trop craintif pour rentrer dans la maison. Le protecteur nourrit le(s) chat(s), veille sur lui et prévient l’association si jamais il s’est blessé ou s’il y a un probleme. Un abri est fourni aux chats, en général un coin de dependance aménagé pour abriter le(s) chat(s), un bout de grange, un chalet de jardin…

– faire un don car l’association n’a pas du tout les moyens financiers pour assumer les sterilisations pour ces chats..

*****

HELP !
La plus grosse problématique à laquelle nous faisons face est le manque de terrain pour les relâcher. Nous pouvons les stériliser. Mais nous n’avons NULLE PART POUR LES RELÂCHER APRES LEUR CONVALESCENCE. De ce fait la situation est bloquée..

Contact : assoptitskorrigans@gmail.com

Publicités